Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

encore une histoire de coeur

8 Janvier 2013, 21:15pm

Publié par Mamanlit

"et de battre mon coeur s'est arrêté"...

 

ce fut ma pensée vers 2h du mat la nuit dernière.

 

Je venais de monter les escaliers 4 à 4 parce que j'avais entendu un cri déchirant "Mamaaaaaaaaaaan...", lancé plusieurs fois à la suite.

 

Et moi, ce genre d'appel, c'est tout juste si mon coeur y survit.

 

Dans un premier temps parce qu'il est 2h du mat et que mon cerveau n'est pas très disponible et surtout pas réveillé du tout...

Dans un second temps parce qu'il est 2h du mat et que mon cerveau n'est pas réveillé du tout et surtout pas très disponible....

 

Dans un troisième temps, parce que quand un de mes enfants m'appelle dans la nuit, je flippe.

Je m'imagine tout de suite qu'il y a un problème.

 

En général, c'est le cas bien sûr.

Un problème à hauteur de leur hauteur.

Un cauchemar, un bruit étrange, un vomi (bon heureusement ça, c'est pas souvent)...

 

Parfois, ce n'est pas le cas, comme la nuit où la Poulette s'est contenté de taper sur son frère en pleine nuit histoire de le réveiller pour qu'il lui tienne compagnie (avec un livre, le tapage, sinon, c'est pas rigolo). Ou alors comme la nuit où Poulette (encore elle), m'a appelé du haut des escaliers en pleine nuit pour me dire qu'elle n'avait plus sommeil, ELLE.

 

 

Bref, cette nuit, je me suis levé, j'ai manqué de manger l'escalier en montant vérifier ce qui n'allait pas là haut.

C'était le Kiki (oui, je suis une mauvaise mère, je ne reconnais pas toujours en pleine nuit qui m'appelle, quoi que la voix de la Poulette est LARGEMENT plus stridente que celle de son frère).

Je suis entré dans sa chambre, je lui ai demandé "Kesskisspass"... il a levé la tête "cauchemar" (oui, nous sommes synthétique la nuit dans cette famille) et s'est rendormi...

Du moins, je le croyais.

Alors, j'ai commencé à redescendre.

Et la même petite voix m'a rappelé "cauchemar"...

Bon, ben je m'installe avec lui.

Et là, l'idée du billet m'est venue.

Il est 2 heure du mat, mon coeur a eu un raté en entendant la voix de mon enfant et c'est pas la première fois.

 

En général, quand j'entends un boum dans la maison, je guette la suite...silence puis hurlement... ou silence tout court. Étrangement, c'est le silence tout court qui arrête mon coeur. Comme s'il reprenait sa respiration. En attendant la suite.

 

Je peux dire que mes enfants mettent mon coeur à l'épreuve comme la nuit dernière.

Il se serre pour eux quand je les vois sortir de l'école la mine chiffonnée parce que quelque chose ne va pas.

Il se gonfle d'amour quand dans un demi-sommeil, ils me disent "maman, je t'aime".

Il se remplit de colère quand ils dépassent les bornes des limites (oui, doublon, je sais).

Il est plein d'eux, tout le temps en fait.

Je suis vivante, merci mes enfants.

 

Voilà, c'était mon histoire de coeur de la nuit dernière... à suivre.

Commenter cet article

Zozostéo 09/01/2013 22:06


Ou alors, tu te réveilles en sursaut, le coeur battant la chamade et plein d'angoisse au cri d'un te des enfants. Comme, quand même, il est une heure incertaine (j'acommode trop mal pour lire
l'oeil, les yeux fermés!), je ne me lève que rarement instantanément. J'écoute.


Et souvent, rien. Alors, pour m'apaiser, je me lève, et c'est encore ma grande fille qui a parlé en dormant. Elle dort paisiblement, elle.


(mais bon, j'ai assez donné dans les nuits pourries de chez pourries)

Bismarck 09/01/2013 15:57


C'est la brume du cerveau endormi qui empêche de reconnaître les voix en pleine nuit... Moi, il m'arrive de descendre (oui, je dors au-dessus de mes enfants) et de coller mon oreilles aux
différents portes pour vérifier d'où vient le bruit.

Mamanlit 15/01/2013 15:09



les portes sont ouverts chez nous la nuit, c'est plsu simple pour identifier.. mais je me plante une fois sur deux..



Anne 09/01/2013 10:37


(Pourquoi ton blog m'oublie à toujours et je suis obligée à chaque fois de tout re remplir?)


Je connais moi aussi, comme toutes les mères je crois, ce coup au coeur quand il y a un cri, des pleurs ou un silence anormal dans la maison (et comme j'ai des grands, un coup de fil à une heure
indue... Ou pas de coup de fil quand on attend celui qui dit "bien arrivé") et la décharge d'adrénaline qui suit!!! L'impression que l'on pourrait mourrir de peur pour eux... Et ce noeux de
tripes quand ils vont mal... Quand on ne sait plus par où les prendre alors qu'on voudrait juste qu'ils soient heureux... pour l'être avec eux... Avoir des enfants demande une bonne résistance
physique... en fait.


 

Mamanlit 15/01/2013 15:08



parfois la résistance physique flanche...et tu tombes malade ou tu te brûles...



Anne86 09/01/2013 09:22


Jamais eu de problèmes de cauchemar à la maison, quand ils se réveillaient (ou se réveillent encore maintenant) c'est qu'ils sont malades.


J'ai le sommeil léger quand ça les concerne. Je les entends tousser, éternuer, parler (je vais m'arrêter là )


Quelques fois je les regarde partir et j'ai envie de les rappeler pour leur faire un dernier bisou et leur dire que je les aime, comme un trop plein d'amour qui se manifeste. Chui chiante
!!! 

Mamanlit 15/01/2013 15:08



moi aussi je suis du genre à leur courir après pour un "dernier bisous"...



Nevrosia 09/01/2013 09:04


Joli post.


Je disais dernièrement à un ami que mes enfants me maintiennent en vie, de là à penser qu'ils sont mon coeur ?


Cupidon's brainstorming sur mon blog, besoin de tes lumières et de celles de ton amoureux surtout. Merci !

Mamanlit 15/01/2013 15:07



on va dire qu'ils sont une partie de mon coeur...